Utiliser les balances de ruche pour poser et lever les hausses à miel juste au bon moment !


Dans ce tuto nous vous expliquons comment vous pouvez utiliser les courbes de poids et d’humidité de vos ruches pour :

poser la première hausse sur ses ruches juste au bon moment,
poser les hausses suivantes quand cela est nécessaire
– identifier le meilleur moment pour la récolte de miel
contrôler l’humidité au moment de la récolte

Pour cette explication nous nous appuyons sur l’enregistrement d’une belle miellée d’été de montagne et sur l’enregistrement de la courbe d’humidité dans une ruche pendant la miellée.

Si vous souhaitez disposer chez vous de cet outil vous devez équiper vos ruches avec :

➡ Une configuration MULTISCALE4 avec 4 pesons

➡ Une sonde météo

➡ Au moins un capteur de couvain présent dans une ruche active


Utiliser les données de poids

Exemple de courbe d’une miellé d’été de montagne

1 – Détecter un début de miellée et poser la première hausse

Lorsqu’une miellée débute, vous commencez par voir la variation de poids sur une journée en positif. Dans le même temps vous verrez qu’en quelques jours vos courbes marqueront une nette tendance à la hausse. Si la miellée se confirme au fil des jours, vous verrez les variations de poids grimper de plus en plus. 

Si vous souhaitez que les corps de ruche se chargent en provisions avant la pose de hausse, vous pouvez attendre quelques jours et ne décider de poser les hausses que lorsque les corps ont atteint un certain poids.
Attention aux dynamiques de miellée qui peuvent être très importantes. Par exemple en colza ou en acacia, on enregistre des variations de poids de plus de 10kg/jours, Dans ces cas, la pose de hausse ne doit pas être retardée sous peine de perdre une partie du miel et de provoquer un blocage de ponte.

Astuce :
Ne zoomez pas trop vos courbes, gardez toujours une échelle d’au moins 3 semaines, pour un poids de 0kg à 90Kg. Si vous zoomez trop vous ne visualiserez plus la tendance à l’échelle de quelques jours.

2 – Pose de la seconde hausse

Comptez le poids de votre hausse et la quantité stockable (exemple en Dadant 10C, la hausse bois pèse 6 à 7kg et elle peut stocker 15kg de miel en moyenne, soit environ 20kg). Si la miellée n’est pas terminée et que le poids est atteint il est temps de poser la hausse supplémentaire. La pose “juste au bon moment” de la seconde hausse nécessite un peu d’expérience qui s’acquiert en quelques années.

3 – récolte du miel, levée des hausses

En fin de miellée, la courbe arrête de progresser puis diminue. La baisse est due à la conjugaison du séchage du miel et de la consommation des abeilles. Il est plus simple de récolter bien après la fin de la miellée quand les abeilles ont bien séché le miel. Vous pouvez néanmoins être amené à récolter avant la fin de miellée pour différentes raisons :

  • le miel cristallise (Colza, Melezitoze …)
  • du miel doit rentrer dans le corps comme provision

Dans ces cas de récolte “précoce” la question de l’humidité du miel se pose fortement, tous les apiculteurs confirmés ont été confrontés un jour à une récolte de miel trop humide et savent que cela ruine en un instant des mois d’efforts. Pour vous aider face à ce problème vous pouvez utiliser les capteurs d’humidité dans la ruche comme ci-dessous.


Utiliser les données d’humidité

Vous pouvez utiliser les capteurs de couvain présents dans la ruche pour connaître en temps réel l’humidité de la ruche et donc indirectement celle du miel. Pour l’instant, il n’y pas d’étude permettant d’établir une correspondance exacte entre l’humidité réelle du miel et celle de l’ambiance de la ruche. Avec l’expérience vous établirez votre propre jauge.

Exemple de courbe d’humidité sur miellée de lavande fin Juin

1 – Augmentation de l’humidité pendant la miellée

Sur le graphique ci-dessus on voir nettement l’humidité interne de la ruche croître pendant toute la miellée puis décroître après la fin de miellée. (Passage d’une moyenne de 55% à plus de 85% ). Avant la miellée (de fin Mai à début Juin) on voit nettement l’humidité osciller entre 50% et 65%. C’est la zone de “régulation de l’humidité” par les abeilles, ce phénomène est appelé “homéostasie”.

1 – Récolte à 60% d’humidité et nourrissement

La récolte a été faite quand l’humidité ambiante de la ruche est repassée aux alentours de 60% d’humidité. On voit à ce moment un sursaut important d’humidité qui est dû au nourrissement pratiqué en même temps que la récolte.